mercredi 2 janvier 2019

Sans fard... - Poèmes d'Igor Mouret




















Beau
C'est beau, comme un cœur qui bat,           
comme une ombre cherchant la lumière,          
comme un cri, enfin entendu,          
comme un signe, qu'une femme dépoussière,         
comme l'ange, qui s'est blotti sur ton épaule,         
comme la sagesse, enfin reconnue,         
comme l'orage, qui se déchaîne,         
comme la fée, me murmurant ses paroles,         
comme une voiture, qui te sourit,         
comme un pont, qui se jette, par dessus l'enfer,        
comme un sourire, désiré, espéré, puis donné         
comme la lyre, qui fait vibrer mon âme.

Pas à pas        
Le passé est passé.            
Maintenant,  est un présent.

Toi     
J'accueille ton corps,          
 ta chaleur, ton odeur          
Ta lumière.
                            
Sans fard         
Au cœur du silence est un chant         
au cœur de la faim, un festin         
au cœur de l'oubli, la mémoire         
au cœur de l'isolement, une présence         
au cœur du masque, une âme         
et au cœur de l'ombre, la lumière.

2 commentaires:

  1. "comme un pont, qui se jette, par dessus l'enfer," j'adore ce vers qui suggère un fol élan de courage !
    Et puis le poème "Sans fard" qui me parle tant ; j'ai toujours adoré cette thématique de la transcendance par l'antinomie . "Au cœur du silence est un chant" "au cœur de l'oubli, la mémoire" "au cœur du masque, une âme
    et au cœur de l'ombre, la lumière." des vers que j'aurai pu écrire mot pour mot

    RépondreSupprimer
  2. Chacun sa façon de dire ce qu'il perçoit derrière les apparences.

    RépondreSupprimer

Les Plaintes du Minotaure - poème de Jérémy Gouty

  Minotaure souffre bien de sa double nature. N’étant pas décidé à mourir pour autant, Il refuse ...